C’est officiel : Panoramix habite à Salt Lake City

Troisième de la conférence ouest avec un bilan de 6 victoires pour 2 défaites. Retour sur cette série de huit matchs du Utah Jazz !
Lauri Markkanen avec le maillot du Utah Jazz 2022/2023

Celle-ci il fallait la voir. Nous les avions placés avant-derniers de la conférence ouest dans notre preview, et, à part quelques fans du Jazz un peu fous, à peu près personne ne voyait l’équipe de Salt Lake City dans la course aux playoffs. Bien entendu, nous ne faisons le bilan qu’au bout de huit matchs seulement, et cela n’a pas vraiment de sens, mais l’Utah Jazz est bien, au 1er Novembre 2022, troisième de la conférence ouest avec un bilan de six victoires pour deux défaites. Retour sur cette série de huit matchs contre des équipes pas si faciles à jouer.

Matchs joués du Utah Jazz

  • Victoire 123-102 contre Denver
  • Victoire 132-126 à Minnesota
  • Victoire 122-121 à New Orleans
  • Défaite 108-114 à Houston
  • Victoire 109-101 contre Houston
  • Défaite 101-117 à Denver
  • Victoire 124-123 contre Memphis
  • Victoire 121-105 contre Memphis

Épargné de l’opening day, le Jazz joue son premier match le lendemain en recevant les Denver Nuggets de Nikola Jokic, mais aussi des revenants Jamal Murray et Michael Porter Jr. Lors de ce match, le Jazz imprime son rythme dès la première mi-temps et mène à la pause de 22 points grâce à un run de 14 points à 0 en début de deuxième quart. Les Nuggets sont dépassés, à l’image d’un Jokic, qui, s’il score 14 points, voit son impact limité avec 4 passes et 2 rebonds seulement. En deuxième mi-temps, les deux équipes font jeu égal et le match se termine sans grand suspens sur un score de 123 à 102 en faveur du Jazz, donc. Deux soirs plus tard, l’équipe d’Utah se rend à Minnesota. Cette fois-ci, le match du Jazz est mal embarqué avec un premier quart lors duquel ils encaissent 41 points, contre 26 marqués. C’est pourtant bien l’équipe de Salt Lake City qui va l’emporter en prolongation après avoir rattrapé ce conséquent retard. Véritable surprise du début de saison, le Jazz confirme son très bon et surprenant début de saison le match suivant, en prolongation encore, face aux Pelicans de McCollum et Williamson. Le Jazz connaîtra enfin la défaite face aux Rockets (première et seule victoire pour l’instant des Rockets), mais aura sa revanche contre cette même équipe deux jours plus tard. L’équipe d’Utah perd son match suivant contre Denver, malgré un Jokic en petite forme. A ce moment, le Jazz a un bilan de 4-2. Suite à ça, l’équipe d’Utah gagne deux fois face à Memphis.

Aujourd’hui, le Jazz a un bilan de 6-2 donc, et caracole à la troisième place de la conférence ouest. L’équipe a pourtant été confrontée à des équipes plutôt de haut de tableau : Memphis deux fois, Nuggets deux fois, Rockets deux fois, Pelicans et Wolves une fois chacune.

Mais qu’est-ce qui peut expliquer ce surprenant succès ?

Premièrement, il est difficile de ne pas parler des performances individuelles de Lauri Markkanen. Le finlandais tourne à quasiment 23 points, 10 rebonds et trois passes avec de bons pourcentages. L’ancien pivot des Cavaliers mène la barque du Jazz avec brio, accompagné de Jordan Clarkson qui confirme. Deuxièmement, on sent que l’équipe est surmotivée. Le Jazz est la sixième équipe en termes de passes, la deuxième en termes d’interceptions, la cinquième en termes de blocs. A ces stats, on voit que les joueurs d’Utah ont la volonté de jouer ensemble et dur. De plus, leurs adversaires ont sûrement péché d’orgueil en jouant contre la Jazz.

Quelle suite de saison pour le Jazz ?

Difficile de prédire à quoi va ressembler la suite de la saison du Jazz. Le cinq majeur constitué de Conley, Clarkson, Olynyk, Vanderbilt et Markkanen fonctionne pour l’instant du tonnerre, mais il est difficile d’imaginer qu’il ne va pas être rattrapé par la réalité du terrain et de l’expérience. Le Jazz continuera sur son calendrier difficile avec Dallas, Lakers, Clippers et à nouveau Lakers avant de partir à l’est. Même si les résultats sont pour l’instant là, il ne faut pas oublier que l’objectif de la franchise cette année devrait être de sécuriser la dernière place dans l’espoir d’aller drafter le talent générationnel que semble être Wembanyama. Si le front office doit grincer les dents de voir de tels résultats, les fans, eux, en attendant, se régalent.

Utah Jazz

Logo Utah Jazz