Pourquoi le Miami Heat n’y arrive pas ?

Dans l'ombre des franchises très médiatisés comme Los Angeles ou Brooklyn, le Miami Heat a également loupé son début de saison. Seulement 2 victoires en 7 matchs pour les hommes d'Erik Sploestra, qu'est-ce qui ne va pas en Floride ?
pareil

Comme chaque année en NBA, il y a des franchises qui sont surprenantes au début de saison et d’autres décevantes. Le Miami Heat fait partie de ces déceptions à l’entame de la saison 2022/2023. Nous pensions pourtant que Miami allait être solide sur ces appuis avec une base solide de joueurs dans l’effectif, mais il n’en est rien. Jimmy Butler et ses coéquipiers n’ont remporté que 2 matchs sur 7 rencontres, loin des objectifs et loin de là où on les attend.

Matchs joués :

  • Défaite 108-116 contre Chicago Bulls
  • Défaite 104-111 contre Boston Celtics
  • Victoire 112-109 contre Toronto Raptors
  • Défaite 90-98 contre Toronto Raptors
  • Victoire 119-98 contre Portland Trail Blazers
  • Défaite 110-123 contre Golden State Warriors
  • Défaite 113-119 contre Sacramento Kings

Un collectif qui ne répond pas présent

La principale raison à ce début de saison manqué c’est un collectif qui ne répond pas présent, qui ne se semble pas concerné. En conférence de presse, après la défaite contre Sacramento, le coach Erik Spoelstra pointe ses joueurs sur leur individualisme qui prime sur le collectif.

À l’heure actuelle, il s’agit du collectif. Comment avoir un impact sur le groupe, pour ensuite avoir un impact sur la victoire ? Si on essaie de faire autrement, cela va conduire à une quantité incroyable de frustration. (…) Si quelqu’un essaie d’y arriver tout seul, si quelqu’un essaie de forcer, si quelqu’un essaie d’atteindre des objectifs individuels, ça ne marchera pas. Ça ne marchera pas, ni d’un côté ni de l’autre. Nous devons nous souder collectivement pour résoudre ce problème et avoir un impact sur la victoire. On connaît notre identité. On sait qu’on doit être compétitifs ensemble, des deux côtés du terrain.

Erik Spoelstra après la défaite contre Sacramento

Il est vrai qu’on ne retrouve pas sur ce début de saison l’ADN même du Heat d’Erik Spoelstra et Pat Riley qui est un collectif soudé et une défense de plomb. Attention tout de même à ne pas se voiler la face, l’individualisme est sûrement une raison, mais ce n’est pas la seule qui explique ce mauvais début de saison. L’effectif, même s’il n’a que très peu changé, doit s’habituer à de nouveaux automatismes de nouveaux rôles. Caleb Martin et Tyler Herro viennent remplacer PJ Tucker et Max Strus dans le cinq majeur. De petits changements qui viennent diminuer la profondeur du banc.

Un manque de profondeur dans l’effectif

Nous avons maintenant l’habitude, chaque année, Erik Spoelstra nous étonne dans ses rotations. Ce début de saison est un peu plus compliqué pour le coup. On vient de le dire, Caleb Martin et Tyler Herro ont quitté le banc pour le cinq majeur. Là où Max Strus est un peu le nouveau sixième homme avec 30 minutes de temps de jeu.

Lorsqu’on zoome sur les temps de jeu et le nombre de matchs joués, on se rend compte qu’Erik Spoelstra a une très petite rotation. Max Strus, Gabe Vincent, Duncan Robinson et Dewayne Dedmon, voilà à quoi se résume – grossièrement – le banc de Miami. On a vu quelques apparitions rapides de Haywood Highsmith, Nikola Jovic ou encore Udonis Haslem, mais c’est trop juste, surtout pour la saison régulière.

Les absences de Victor Oladipo et Omar Yurtseven se font sentir. Erik Spoelstra est très fort, mais il n’est pas encore magicien. Il ne peut pas faire éclore de joueurs tant que les anciens n’ont pas encore repris leurs marques et leurs habitudes.

Pourtant, comme d’habitude, cela n’est pas alarmant pour Miami et cela n’a pas encore atteint la confiance des joueurs comme le dit si bien Jimmy Butler.

Nous allons quand même gagner le championnat et je me fous de ce que les gens disent. (…) On va gagner ce putain de championnat. Je vous le dis. Je m’en fous qu’on ait commencé en 2-5.

Jimmy Butler

L’objectif reste le titre et tout le monde en a conscience. Le jeu du Miami Heat et les résultats devraient s’améliorer au fur et à mesure.

Miami Heat

Logo Miami Heat