Preview Utah Jazz : Le Jazz part en reconstruction

Le jazz aura été une équipe compétitive durant les dernières années. Avec leur tandem Gobert-Mitchell et un supporting cast performant, la franchise s’est permise de rêver de titre. Malheureusement pour l’équipe, les résultats n’ont jamais suivi et l’équipe n’a même pas réussi à atteindre les finales de conférences, faute à une conférence ouest surchargée avec les Rockets de James Harden qui les ont arrêtés à plusieurs reprises depuis 2016. Performants mais sans briller, les Jazz se seront tout de même permis de prendre la première place de la conférence en 2020, avant d’être défaits par les Clippers au deuxième tour. L’échec est d’autant plus grand que les attentes étaient hautes : Rudy Gobert avait obtenu trois années d’affilée le titre de défenseur de l’année, Donovan Mitchell était dans la course du rookie de l’année, et l’arrivée de Danny Ainge en tant que directeur général de la franchise laissait penser que l’équipe pourrait bénéficier de trades bien sentis qui auraient pu mener cette franchise toujours non titrée dans d’autres sphères.

Les transferts du Jazz

Le Jazz a explosé en cette intersaison : les deux cadres Gobert et Mitchell sont envoyés respectivement à Minneapolis et à Cleveland. L’équipe se sépare ainsi de deux contrats max afin d’espérer être compétitive sur le marché des agents libres, ou dans le futur de pouvoir garder leurs jeunes. Pas de prolongations pour le Jazz cet été, on fait table rase du passé et on reconstruit sur de nouvelles bases. On peut noter également l’arrivée de Will Hardy, nouveau coach du Jazz en provenance de Boston où il était assistant d’Ime Udoka.

Départs

Rudy Gobert – Donovan Mitchell – Juancho Hernangomez – Danuel House – Trent Forrest – Royce O’Neale – Eric Paschall – Xavier Sneed – Hassan Whiteside

Prolongations

Pas de prolongations

Arrivées

Collin Sexton – Lauri Markkannen – Jarred Vanderbilt – Talen Horton-Tucker – Stanley Johnson – Malik Beasley – Ochai Agbaji – Walker Kessler – Johnny Juzang – Simone Fontecchio – Leandro Bolmaro

L'effectif de Utah

5 MAJEUR 

Mike Conley – Collin Sexton – Bojan Bogdanovic – Lauri Markkannen – Walker Kessler

REMPLACANTS

Malik Beasley – Jared Butler – Nickeil-Alexander Walker – Stanley Johnson – Jordan Clarkson – Leandro Bolmaro – Ochai Agbaji – Talen Horton-Tucker – Rudy Gay – Jared Vanderbilt – Udoka Azubuike

Le joueur à suivre : Collin Sexton

Collin Sextion Utah Jazz
Collin Sexton (@nba.com)

24 points de moyenne en 2021 à Cleveland : Collin Sexton sait scorer et pourra jouer dans le même rôle que Donovan Mitchell. Tout comme le joueur qu’il remplace, il devra chercher à s’investir davantage en défense afin de s’imposer dans les meilleurs meneurs de la ligue. De la même façon, il devra se diversifier en attaque en faisant plus de passes. Arrivé en sign and trade, il n’est pas en année de contrat mais il cherche certainement une place au all-star game, et, pour peu que le Jazz surpasse un peu les attentes, et avec des progrès dans les deux axes mentionnés, le meneur pourra certainement y prétendre. Il faut aussi noter la présence dans le roster de Mike Conley, qui excelle en défense ainsi qu’en gestion de jeu. S’il est conservé par le Jazz, on peut imaginer qu’il prendra sous son aile l’ancien meneur de Cleveland afin de le faire progresser.

Notre question : Le Jazz part en reconstruction pour combien de temps ?

Le Jazz possède déjà un socle prometteur de jeunes joueurs. Avec sept premiers tours de Draft sur les trois prochaines années, ils peuvent également prétendre à des assez gros trades pour des stars. Les deux plus gros salaires ne pèseront plus dans les finances fin 2024, et il leur manque un jeune pivot. Ça tombe bien, Victor Wembanyama se présente à la draft et le Jazz est candidat pour prendre le premier pick.

Le scénario choke

L’objectif du Jazz étant clairement la draft, voire le pick 1, le scénario Choke est tout scénario qui implique le gain de trop de matchs ou une chute à la draft. Par exemple, un Lauri Markkannen qui surfe sur sa forme de son bon Eurobasket et dont l’alchimie avec Sexton permet au Jazz d’accrocher la 13 place à l’ouest. L’équipe passe à côté de la pépite française Wembanyama à la draft et les jeux d’échanges de picks font que le Jazz ne draft pas très haut dans les drafts futures. L’équipe ne convainc pas et la petitesse de son marché ne permettra pas d’attirer des free agents. Le cycle de reconstruction commence très mal et l’équipe devra passer par plusieurs années de tanking.

Le scénario Clutch

Collin Sexton confirme son statut de locomotive de l’équipe dès la reprise. Il retrouve les 25 points par match et y ajoute 6 passes décisives. L’équipe gagne en vécu et en expérience. L’entente avec Markkannen prend très bien et l’axe 1-4 permet à la franchise de rêver pour le futur. Le Jazz termine néanmoins en 14ème position à l’ouest, et obtient le premier pick de la Draft. Après avoir choisi Victor, on peut imaginer Markannen glisser en 3 comme à Cleveland et créer un axe 1-3-5 extrêmement prometteur.

La prédiction de choke & clutch

Il sera difficile d’oublier les stars Gobert et Mitchell. Sans ses deux piliers, le Jazz aura fort à faire pour gagner des matchs. L’objectif est cependant clair, le Jazz vise le très haut de la draft et le français Wembanyama. En plus de ça, l’équipe manque d’expérience et il n’est pas certain que le nouveau coach puisse trouver les solutions. Pour toutes ces raisons, nous voyons le Jazz à la 14ème place de la conférence ouest.

Conférence est

1 
2 
3 
4 
5 
6 
7 
8 
9 
10 
11 
12 
13Orlando Magic
14Detroit Pistons
15Indiana Pacers

Conférence ouest

1 
2 
3 
4 
5 
6 
7 
8 
9 
10 
11 
12Houston Rockets
13Oklahoma City Thunder
14Utah Jazz
15San Antonio Spurs