PREVIEW Utah Jazz : Une belle régulière et une absence en playoffs ?

Découvrez la preview NBA du Utah Jazz pour la saison 2022/2023. Par où commencer avec le Jazz de Utah ? Avec une première place à plus de 70% de victoires, les hommes de Quin Snyder s’étaient assuré un avantage du terrain jusqu’aux finales NBA. Pourtant, encore une fois, le Jazz a calé pendant les playoffs. Après un premier tour maîtrisé contre les Grizzlies qui sortaient du play-in, Utah a rendu les armes contre les Clippers le tour suivant. Rendre les armes, le mot est faible tant la série semblait être dominée par Utah. 
La série contre Los Angeles avait bien commencé pour le Jazz. Les deux premiers matchs sont remportés à domicile, mais la suite ne se passe pas du tout comme prévu. Rendu au game 5, à domicile, le Jazz perd alors que les Clippers étaient orphelins de Kawhi Leonard. Pire, au game 6, Utah avait plus de 25 points d’avance, une septième confrontation semblait se profiler, mais Rudy Gobert et ses coéquipiers ont réalisés le choke de l’année en perdant ce match et se faisant éliminer. Une série perdue 4 à 2 alors qu’elle était menée 2 à 0. Cette élimination précoce après avoir mené la série nous fait penser aux playoffs précédents. Rappelez-vous, le Jazz menait 3 à 1 contre les Nuggets et ont perdus la série 4 à 3. 
Aucun doute, soit Utah est maudit, soit il y a un blocage psychologique. Cette année, Quin Snyder doit trouver une solution pour éviter que la franchise de Salt Lake City réitère ses chokes.

Les transferts du jazz

Malgré ses playoffs décevants, le Jazz joue la carte de la continuité en resignant Mike Conley. Cet été, Utah s’est renforcé sur les postes 3/4 avec Rudy Gay et Eric Paschall. Sur le poste de pivot, Hassan Whiteside a été préféré à Derrick Favors pour être le back-up de notre français Rudy Gobert.  Il n’y a eu donc aucun mouvement majeur, ces arrivées viennent renforcer le banc du Jazz en ajoutant un peu plus de profondeur.

Départs

Derrick Favors (OKC) – Georges Niang (PHI) – Matt Thomas (CHI) – Ersan Ilyasova

Prolongations

Mike Conley

Arrivées

Jared Butler (draft) – Rudy Gay (SAN) – Hassan Whiteside (SAC) – Eric Paschall (GSW) 

L'effectif du jazz

5 MAJEUR 

Mike Conley – Donovan Mitchell – Bojan Bogdanovic – Royce O’Neale – Rudy Gobert

REMPLACANTS

Jared Butler – Jordan Clarkson – Miye Oni – Joe Ingles – Elijah Hughes – Rudy Gay – Eric Paschall – Hassan Whiteside – Udoka Azubuike

Le joueur à suivre : Rudy Gobert

Rudy Gobert Utah Jazz
Rudy Gobert (@nba.com)

On commence en enfonçant une porte ouverte, mais Rudy Gobert est un excellent défenseur, c’est d’ailleurs pour ça qu’il a décroché 3 fois le titre de DPOY. Là, on est tous d’accord, mais il est aussi capable d’être un atout pour son équipe en attaque. Déjà sous le panier, c’est l’un des joueurs les plus précis de la ligue avec environ 68% de réussite. Et puis surtout, les équipes adverses profitent que le Jazz délaisse Rudy en attaque pour les pénaliser.
Rudy est un des éléments centraux d’Utah. Véritable terreur dans sa raquette, ça pousse ses adversaires à jouer small ball et au large pour profiter de son manque de mobilité. Le problème, c’est qu’en attaque, le Jazz ne capitalise pas sur la différence de taille pour nourrir Gobert au poste. L’exemple parfait c’est contre les Clippers aux playoffs. Le matchup direct de Rudy était le jeune Mann. Pendant qu’il prenait feu à 3 points, Rudy n’a pris que 6 tirs de tout le match.
On pense que si Utah profite davantage de Rudy en attaque sur certains matchs, cela rendrait notre pivot tricolore encore plus valuable pour son équipe. On ne sait pas si on a raison ou si c’est juste notre chauvinisme qui parle, mais ça ne coûte rien d’essayer !

Notre question : Une belle régulière et une absence en playoffs ?

Le scénario choke

Comme chaque année, Utah n’arrive pas à être respecté dans la conférence Ouest. Le Jazz paraît très solide contre les petites équipes, mais dès qu’il s’agit d’un contender, Utah retombe dans ses travers. À l’image de Donovan Mitchell qui se montre trop souvent trop gourmande en attaque. Avec des performances aussi linéaires que des montagnes russes, Utah termine à la 4e place.
Les playoffs ont un goût de déjà vus, Utah mène la série, mais se fait remonter pour finalement se faire éliminer. Les hommes de Quin Snyder n’ont encore une fois pas trouvé les solutions pour capitaliser sur leur avance. L’été s’annonce compliqué, le Jazz a encore une fois choke, les supporters sont agacés, le moral est dans les chaussettes, des changements s’imposent !

Le scénario Clutch

Le Jazz reste sur ses acquis de la saison précédente et domine l’Ouest en attaque et en défense. Très solide, le collectif de Quin Snyder dépasse 60 victoires au compteur. Cette belle saison régulière est récompensée par 3 titres individuels. Rudy Gobert refait un doublé et remporte son 4e DPOY, Jordan Clarkson fait lui aussi un doublé avec le titre de 6e homme et Quin Snyder est enfin récompensé du COY.
Pour les playoffs, le Jazz a pris rendez-vous avec ses démons passés. Profitant de son avantage du terrain, le Jazz maîtrise les séries et ne se laisse plus remontrer. Les erreurs ont été réglées et comme pendant la régulière, Utah déjoue toutes les équipes de l’Ouest sur les playoffs. Donovan Mitchell, Rudy Gobert et Mike Conley atteignent les finales NBA avec leurs destins en main.

La prédiction de choke & clutch

Simple et efficace, nous voyons le Jazz être solide dans la saison régulière de la NBA. Concernant les playoffs, c’est une autre affaire. Il est compliqué d’être convaincu que le Jazz va réussir à passer un cap tant que ça n’est pas arrivé. Avec 58 victoires, nous les plaçons en tête de la conférence Ouest. Unibet va dans notre sens puisque la cote pour que le Jazz soit vainqueur de la division nord-ouest est à 1,40. Les Nuggets de Denver semblent être les seules à pouvoir les contester mais comme Jamal Murray est blessé, le Jazz a une autoroute dans sa division.